Printemps vert en Allemagne

Un remake version 2021 de la célèbre chanson du groupe de l’entre-deux-guerres, les Comedian Harmonists, “Veronika, der Lenz ist da/Véronique, le printemps est là” est d’actualité. Mais Veronika ou Véronique devrait être rebaptisée “Annalena” du nom de la candidate verte à la chancellerie Baerbock. Face à la concurrence des écologistes, désormais en tête dans les sondages devant les conservateurs, il faut d’urgence prouver qu’on est plus vert que les Verts.

La décision de la cour constitutionnelle la semaine dernière a créé un “moment Fukushima”. Les juges de Karlsruhe ont reproché à une loi de 2019 sur le climat de ne planifier la réduction des émissions de CO2 que jusqu’en 2030 au détriment, pour la période postérieure, des jeunes générations. La cour a donné au gouvernement jusqu’à fin 2022 pour revoir et compléter sa copie.

“Le monde fond. Le retour d’Angela Merkel, la chancelière du climat”

Des propositions toujours plus ambitieuses en faveur du climat fusent de toutes parts ces derniers jours. Le ministre-président de la Bavière Markus Söder, quand il n’embrasse pas des arbres sur des photos, promet la neutralité climatique pour sa région dès 2040. Lundi, la CDU a également plaidé pour un effort supplémentaire. Le gouvernement s’est mis d’accord ce mercredi sur des objectifs plus ambitieux pour réduire les émissions de carbone allemandes. La baisse doit être désormais de 65% d’ici 2030 (par rapport à l’année de référence 1990) au lieu de 55% jusqu’à présent. Elle doit atteindre 88% en 2040 pour permettre une neutralité climatique en 2045 soit cinq ans plus tôt que ce qui est prévu actuellement. Ce programme doit être adopté la semaine prochaine en conseil des ministres et par le parlement avant l’été.

Superwahljahr : l’Allemagne après Merkel

Vous avez été 468 inscrit.e.s et 219 à assister en direct à cet évènement vendredi dernier. Un moment rare avec quatre député.e.s allemand.e.s s’exprimant en français pour évoquer cette année électorale hors du commun.

Si vous n’avez pas pu assister à ce débat, vous pouvez le retrouver sur différentes plateformes de podcast Spotify Apple Google Anchor

Covid : 3ème vague brisée ?
Nouveaux droits pour les vaccinés

« Une baisse exponentielle des infections durant le mois de mai ». Le pronostic optimiste du député SPD Karl Lauterbach, omniprésent dans les médias, est d’autant plus crédible que ce médecin n’a cessé depuis des mois d’alerter sur les dangers de la pandémie.

Depuis une semaine, le nombre des infections recule. Le taux d’incidence virale est passé de 167 à 133 ce mercredi. Il y a moins de morts à déplorer et la situation dans les unités de soins intensifs des hôpitaux s’améliore.

Les experts estiment que des pronostics alarmistes présentés autour de Pâques et qui ne se sont pas concrétisés ont pu pousser la population à être plus prudente. Un couvre-feu a aussi été introduit dans toutes les régions allemandes où le taux d’incidence viral est supérieur à 100. Contrairement à d’autres pays européens où des assouplissements ont eu lieu alors que la situation sanitaire est plus détériorée, l’Allemagne a repoussé le lent retour à la normale.

“Dépêche toi Hertha ! On va arriver trop tard à la rave” (“Tageszeitung”)

Cela ira plus vite pour les personnes vaccinées. Un certain nombre de restrictions liées à la pandémie de covid 19 ne seront bientôt plus valables pour ce groupe soit près de sept millions de personnes. Un texte adopté par le gouvernement doit être approuvé cette semaine par le parlement et pourrait entrer en vigueur dès dimanche. 
Plus besoin de test négatif pour faire des courses ou aller chez le coiffeur, plus besoin de respecter le couvre-feu ou de se soumettre à des restrictions pour des rencontres privées. Et pour les voyageurs, plus de quarantaine en rentrant en Allemagne sauf après un séjour au Brésil ou en Afrique du Sud où sévissent des variants dangereux du covid. Le port du masque demeurera en revanche obligatoire pour les vaccinés comme le respect des gestes-barrières.

Plusieurs régions avaient déjà pris de telles dispositions similaires par crainte de voir la justice leur imposer une levée des restrictions pour les vaccinés. Le texte du gouvernement permet d’avoir des règles unifiées dans l’ensemble du pays. « J’ai toujours dit que les droits fondamentaux devaient être rétablis dès lors que leur restriction n’était plus justifiée » a estimé la ministre de la Justice. 

Les délits politiques au plus haut en Allemagne en 2020

Jamais les chiffres n’avaient été aussi élevés depuis la création de ces statistiques en 2001. L’ensemble de ces actes (près de 45 000) a augmenté de 8% l’an dernier par rapport à 2019. Celui des violences stricto sensu (3365) était en hausse de 18%. “Ces chiffres sont très préoccupants” a estimé le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer qui les présentait mardi.

Le graphique du quotidien berlinois "Tagesspiegel" illustre pour les trois dernières années l’évolution des délits commis par l’extrême-droite (en bleu) et l’extrême-gauche (en rouge). Pour le ministre de l’Intérieur, la première constitue “la plus grande menace”. Il faut rappeler que ce danger a longtemps été sous-estimé et qu’une prise de conscience a eu lieu ces deux dernières années après l’assassinat d’un élu conservateur à Kassel, l’attaque antisémite et xénophobe de Halle et l’attentat raciste de Hanau début 2020.

Les délits et violences contre la communauté juive ont augmenté de 15% en 2020. On peut aussi y rattacher les thèses développées par une partie du mouvement “anti-masques” dénonçant les mesures prises pour lutter contre la pandémie. Dans les milieux complotistes, l’antisémitisme est fréquent et on a vu dans des manifestations des personnes arborant une étoile jaune voulant assimiler par là les mesures anti-covid dont elles seraient les victimes aux persécutions des juifs sous le IIIème Reich. Le développement de ce mouvement anti-masques a d’ailleurs conduit les autorités à créer dans leur rapport 2020 une rubrique dédiée à ce nouveau phénomène.

Une manifestation à la mémoire de Sarah Halimi se déroulera ce samedi à 11 heures devant l’ambassade de France à Berlin.

“Freitagnacht Jews” (les juifs du vendredi soir)

Ceux qui ont suivi avec attention la série britannique “The Crown” se rappellent peut-être encore de ce visage. Daniel Donskoy y interprétait le rôle de l’amant de Lady Di, l’officier de cavalerie James Hewitt. L’acteur, réalisateur et musicien allemand, né à Moscou en 1990, est originaire d’une famille juive russo-ukrainienne qui a déménagé à Berlin quelques mois après la naissance de leur fils. Après la réunification, des juifs originaires d’Union soviétique se sont vus offrir la possibilité de gagner l’Allemagne. Après la séparation de ses parents, Daniel Donskoy s’installe avec sa mère à Tel Aviv avant de revenir plus tard à Berlin. Il parle allemand, hébreu, anglais et russe couramment.

Il a lancé en avril sur la chaîne de télévision publique WDR une nouvelle émission hebdomadaire présentation sur youtube dont l’objectif, contrairement à de nombreuses autres, n’est pas de parler des juifs mais de leur donner la parole. Si cette communauté a gagné en importance depuis l’arrivée de nombreuses personnes venant de l’ex-URSS après 1990, elle reste néanmoins une petite minorité en Allemagne dont la réalité et la diversité sont peu connues du reste de la société. La majeure partie de la population, sans contacts avec des juifs, associe cette communauté aux persécutions nazies et à la shoah ou aux agressions antisémites actuelles.

Daniel Donskoy accueille ses invités dans un décor intime, une salle de séjour où un repas est servi et une discussion à bâtons rompus se déroule avec ses invités. Dans la dernière émission, il recevait deux jeunes femmes : Laura Cazés travaille pour une organisation juive et est membre du mouvement Jewish Women Empowerment. Helene Braun, 23 ans, étudie à Potsdam pour devenir rabbine et s’engage pour la cause féministe et queer.

Malheureusement, l’émission de Daniel Donskoy lui a aussi valu de nombreux messages antisémites d’une violence parfois insupportables. Il y répond (en allemand) dans une video sur son compte Twitter postée le 1er mai.

L’Allemagne prête à restituer des oeuvres d’art au Nigéria

mon article sur RFI

La nouvelle nouvelle galerie nationale

Cette icône de l’architecture moderne a été rénovée de fond en comble. Cinq décennies après l’ouverture du musée berlinois dessiné par Mies van der Rohe, une remise à jour complète était nécessaire. Pour le visiteur, peu de choses sont visibles au premier abord. Mais les travaux ont duré plusieurs années. L’architecte en charge de la modernisation, le Britannique David Chipperfield, a remis la semaine dernière les clés du musée à la ville de Berlin. Les premières expositions sont prévues en août.

visite virtuelle

Sophie Scholl, symbole de la résistance au nazisme

Un timbre à l’effigie de l’étudiante sort ce jeudi quelques jours avant le centième anniversaire de Sophie Scholl, née le 9 mai 1921. Avec son frère Hans, la jeune femme avait animé le mouvement étudiant anti-nazi “la rose blanche” à Munich. Pour faire connaître leurs idées, ses membres avaient imprimé et distribué des tracts au péril de leur vie. Sophie et Hans Scholl sont arrêtés en février 1943 à l’université de Munich où ils venaient de jeter de tels tracts dans une cour intérieure de l’établissement. Ils sont condamnés à mort et exécutés le 22 février. On peut lire sur le timbre une citation de Sophie Scholl du même jour : “Quel beau jour, quel soleil magnifique, et moi je dois mourir. Qu'importe ma mort si, grâce à nous, des milliers d'hommes ont les yeux ouverts.”

Vous pouvez visionner le film de Marc Rothemund sur Sophie Scholl dont voici la bande annonce et écouter ou réécouter la chanson hommage de Mickey 3d la rose blanche

Inspecteur Merkel

Angela Merkel l’a promis juré, elle quittera le pouvoir à l’automne après 16 ans et ne compte pas occuper d’autres fonctions (certains la voyaient déjà à Bruxelles ou secrétaire générale de l’ONU). Que va-t-elle faire ? Effectuer enfin les voyages dont elle a toujours rêvé quand elle était “prisonnière” du rideau de fer come le grand Ouest américain? Ou bien se retirer dans sa petite résidence secondaire dans le Brandebourg, plus exactement dans l’Uckermark ?

L’auteur à succès David Safier a opté pour cette deuxième option dans son livre “Miss Merkel-Meurtre dans l’Uckermark”. On y découvre une Angela Merkel cultivant son jardin et préparant des gâteaux auxquels son garde du corps Mike ne peut pas résister alors qu’il doit rester svelte. L’ex-chancelière a enfin du temps pour son mari Joachim Sauer qui lui a offert un carlin pour sa nouvelle vie. Ce petit chien doit permettre à Angela Merkel de surmonter sa peur des canins due à une morsure subie dans sa jeunesse. Le petit nouveau de la famille Merkel-Sauer porte le doux nom de Poutine. Le président russe avait lors d’une rencontre avec la chancelière fait exprès d’être entouré de son labrador sachant pertinemment que son hôte avait peur des chiens.

Mais la petite vie de villageoise retirée des affaires va prendre une tournure inattendue pour Angela Merkel après le décès étrange d’un nobliau qui a récupéré le château de famille après la réunification. L’inspecteur Merkel est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre et va mener l’enquête au grand dam de son mari et de son garde du corps.

Asterix à nouveau en dialecte berlinois

Les aventures du célèbre gaulois ont toujours rencontré un grand succès en Allemagne. Le premier album y est sorti en 1968. 370 millions y ont ensuite été vendus durant les cinquante années qui ont suivi soit le tiers des ventes mondiales. 99% des Allemands connaissent Asterix que beaucoup ont même utilisé à l’école.

Pour séduire encore plus le public, de nombreuses éditions ont été publiés dans différents dialectes régionaux (bavarois, saxon, hesssois, sarrois…). Et aussi en berlinois. Le troisième album est basé sur “La Gaule en danger” mais comporte aussi des expressions typiques de la capitale allemande. La potion magique est ainsi la Eierlikör ou liqueur à base de jaunes d’oeufs. Je lui prêtais jusqu’à présent d’autres effets que ceux du breuvage gaulois.

Clubkultur Berlin-Paris : Rien ne va plus?

Les deux capitales -Berlin sans doute plus que Paris- sont connues pour leur vie nocturne. Les clubs ont fait partie des premiers à devoir fermer en raison de la pandémie de covid et ils seront sans doute les derniers à rouvrir. Dans quelle situation se trouvent-ils aujourd’hui ? Quel sera leur avenir après la fin des restrictions actuelles, si ils y survivent, et à quoi ressemblera la vie de la nuit dans les deux villes à l’avenir ?

C’est à ces questions que veut répondre la manifestation de l’association Bleublancrose en coopération avec ses partenaires le mardi 11 mai.

Inscription

Share Pascal’s Newsletter